Archives de catégorie : Communication parent-enfant

Les conversations de nos enfants entendants

Quand mes enfants, P’tit Loup et Tchipie, se parlent entre eux, j’imagine leur dialogue.
Je scrute leurs lèvres, leur expression de visage, leur comportement… J’essaie de deviner leur sujet de conversation. J’aime imaginer ce qu’ils se racontent, pourquoi ils se disputent.

Quand ils étaient plus petits, ils prenaient leur bain ensemble et j’adorais les regarder se parler, se chamailler dans leur bain. Je n’y comprenais pas grand-chose mais ils étaient très mignons à regarder (je ne suis pas du tout objective !). Je trouvais adorable leurs façons de se parler, avec leur visage d’enfant, leurs petites dents de lait.

Encore aujourd’hui !
Ma fille est très bavarde, parle à ses poupées, regarde les histoires des livres à ses doudous…
Mon fils plus discret sans doute avec ses jouets de grand frère, ses gadgets.
Je me surprends à les regarder jouer, à essayer d’entrer dans leur imagination.

Cela m’arrive aussi – quand je m’ennuie – d’imaginer les conversations de mes enfants avec leurs amis ou cousins. Je surprends quelques mots par ci, par là et je pars dans mon imagination en fonction de leurs jeux !

Parfois, par curiosité, je leur demande de quoi ils parlent. Ils pouffent de rire, ils me racontent (pas toujours, hein) leur conversation.

Et, je ne le dis pas pour m’en vanter… Assez souvent, c’est étonnant comme ce que j’avais imaginé dans ma tête se rapproche de la la réalité ! Et les autres fois, ça m’amuse de voir combien je suis à côté de la plaque ! 😉

Question d’enfant : pourquoi tu es sourde ?

photo prise à Lyon (place Bellecour)

ça y est ! Tchipie, ma fille de 5 ans, m’a posé la fameuse question !

Est-ce que parce qu’elle commence à se rendre compte du regard des autres ? Une fois, j’ai surpris une phrase sur la bouche d’une fillette au centre de loisirs où je suis allée chercher ma fille : ‘Ta maman, elle est toujours comme ça?
Je ne sais pas ce qu’a répondu ma fille mais je n’ai pas cherché à m’y incruster.
Si vous me suivez depuis le début du blog, vous savez bien que je ne veux pas forcer les enfants à m’en parler. Je ne leur en parle que si nécessaire ou bien quand ils me posent des questions en rapport avec la surdité.

Alors, ma fille m’a posé la question après son bain du soir. Mais attendez… Avant sa question, pendant que je la séchais avec une serviette, elle m’a parlé dans mon oreille, j’ai été surprise.
Je lui dis : ‘J’entends ta voix avec mes appareils mais je ne comprends pas. Je regarde ta bouche pour comprendre. Tu disais quoi ?
Alors elle a souri, un peu gênée je pense.

Et elle m’a posé la question : ‘Pourquoi tu es sourde ?’

Je lui ai dit que, une fois, j’étais très très très très très très très très malade quand j’étais petite et qu’après, je suis devenue sourde.
Ses questions s’enchainent : ‘c’est quoi le tuyau? c’est quoi dans ton oreille?’

Je lui explique en lui montrant les différentes parties de mon appareil auditif. La petite machine derrière l’oreille, le tube et l’embout. ça grossit sa voix et les bruits autour de moi. Si je n’ai pas mes AA dans mes oreilles, je n’entends rien et elle le sait très bien.

Car une autre fois, elle avait essayé de m’appeler pour me tester alors que je n’étais pas appareillée à ce moment. Ah la coquine!

Ensuite, elle m’a dit : ‘Il faut parler doucement avec toi. Pas vite.
Oui, c’est bien cela, ma Tchipie !

J’ai appris l’alphabet de la LSF à mon fils

En général, quand je ne comprends pas P’tit Loup, il épelle de cette façon: il écrit séparément les lettres dans l’espace. Un jour, déclic ! je lui ai proposé d’apprendre l’alphabet de la langue des signes, il était tout content. Plusieurs fois, j’en ai parlé avec mon aîné de 8 ans et demi, ou alors il me demande de nouveau de le lui apprendre. Comme pour tester sa motivation qui est toujours intacte.

La dactylologie est l’alphabet de la Langue des Signes Française. C’est une méthode d’épellation avec une seule main (dans d’autres pays, cela se fait parfois avec deux mains). Généralement de cette façon : main à hauteur de l’épaule et paume vers l’interlocuteur.

la dactylologie de la LSF

Alors, pendant les vacances de Noël, on en a reparlé une énième fois. On s’y met tranquillement et dans un coin calme dans le salon. Au fur et à mesure qu’on avance dans l’alphabet, je le fais entraîner, répéter les lettres jusqu’à ce qu’il s’en souvienne bien.
Arrivé à la lettre R, il me dit qu’il ne veut plus continuer mais je le connais, je lui dis que l’on doit arriver jusqu’au bout et être capable de répéter tout l’alphabet sans se tromper. Comme ça, il n’aura plus besoin d’apprendre à nouveau l’alphabet. Alors, bien sûr, quand on a fini de l’apprendre en entier, il est tout content !

Aujourd’hui, quand il épelle le mot que je ne comprends pas sur ses lèvres, par réflexe, il commence à dessiner les lettres dans l’espace, puis il se rappelle la dactylologie, alors il recommence avec ses doigts!

Pour l’instant, je suis contente. Lui aussi, il me semble.

Pour Tchipie, quand elle atteindra l’âge de savoir épeler des mots, je le lui proposerai également.

Et vous, à quel âge l’avez-vous appris à vos enfants ? Vos enfants vous l’ont-ils demandé spontanément, ou bien leur avez-vous parlé vous-même de la dactylologie?

Comment nos enfants nous appellent ?

Imaginons que vous êtes en train de lire un roman dans un fauteuil douillet. Vous êtes dans la même pièce que vos deux enfants adorables qui jouent seuls. D’un coup, ils vous tapotent sur le bras ! Limite tremblement de terre !

Alors, comment préférez-vous que vos enfants vous appellent : Continuer la lecture

La poésie

copyright Robert DoinseauAh, la poésie ! Qui a essayé parmi vous d’y échapper à l’école ? Je récitais moi aussi la poésie à l’école. Je me rappelais que je devais faire attention à bien articuler et par conséquent de réciter doucement, de ne pas aller trop vite dans la diction. Car ce n’est pas juste parler, dire des mots qu’on mémorise. C’est tout de même un art d’apprendre à réciter un poème. Continuer la lecture

Méthode d’orthophonie : Borel-Maisonny

copyright ESF Bien lire

copyright ESF Bien lire

C’est vrai que je ne parle pas beaucoup d’orthophonie et pourtant, je n’ai nullement souffert pendant ces séances ! Mon dernier orthophoniste m’a dit : ‘chouette ton blog mais tu devrais aussi parler du suivi de surdité’. Je mettrai du temps à en parler, ne t’inquiète pas. Cela fait partie de ma vie, je l’ai expliqué un jour, et je ne me rends pas forcément compte que les gens minimisent souvent le travail réalisé sur les enfants sourds ou malentendants. Continuer la lecture

On me parle bizarrement

anglaisCe week-end, au square, on a croisé un copain de classe de P’tit Loup. Ils ont bien joué ensemble ; à un moment, P’tit Loup a réussi à monter sur un grand jeu qui arrive à ma taille, pas son copain… celui-ci vient me voir et me demande de l’aider à monter, je remarque qu’il est attentif avec moi.

Le soir-même, je demande à P’tit Loup s’il a expliqué à son copain car il m’a parlé doucement et en face de moi. Continuer la lecture

La communication avec mes enfants de 2 et 6 ans

J’aime bien voir les évolutions de mes enfants (comme tous les parents, je pense !) et je continue suite à mes billets précédents : communication avec mon bébé de 17 mois et communication entre les parents entendant / sourd et un enfant entendant ? 
Comme vous pouvez le voir, en tant que maman sourde, je pense que c’est devenu – sans le faire exprès – l’un de mes principaux intérêts quotidiens. Je ne peux m’empêcher d’admirer mes enfants intelligents (comme toutes les mamans, hein!) ou de trouver un défaut dans notre mode de communication et d’essayer de trouver une solution Continuer la lecture

La frustration exprimée par les enfants… et si on faisait comme eux ?

Une fois, P’tit Loup est frustré car je ne l’ai pas compris du premier coup. Comme il jouait par terre, il s’est assis en croisant ses bras et il boude. Alors, je me mets à sa hauteur, à côté de lui, et nous nous regardons dans nos yeux. Je sais que quand je fais ça, j’ai beaucoup plus de chance d’être écoutée par P’tit Loup.

Je lui demande : Continuer la lecture